22/05/2012

Interdites par Madrid, trois télévisions « indignées » passent dans la clandestinité

Le gouvernement régional de Madrid tente de fermer trois télévisions associatives locales, pourtant protégées par la loi sur l’audiovisuel. Leur ton dissident, leur clair soutien au mouvement des « Indignés » et leur audience en forte progression ne plaisent pas. Tout en livrant une bataille juridique et politique, les télévisions ont décidé d’émettre à partir d’un lieu tenu secret.

  • Réagir à cet article
  • Recommander à un-e ami-e
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte
  • Imprimer

L’Athénée Républicain de Vallecas, le quartier historiquement « rebelle » de Madrid, de tradition ouvrière et communiste, est plein à craquer ce mercredi 16 mai à 20h. Les directeurs respectifs de trois chaînes de télévision locales à but non lucratif – Tele K, Canal 33 et Solidaridad TV – y ont convoqué une assemblée citoyenne. Le gouvernement régional de Madrid, dirigé par Esperanza Aguirre, affiliée au Parti populaire (PP, droite) vient de prendre la décision de leur interdire d’émettre depuis l’édifice Torre de Valencia où elles sont hébergées depuis des années. Sur le site de Tele K, une mire « Off line » s’affiche, pour la première fois en 19 ans.

Des concessions pour les amis du pouvoir

Ces télés sont jugées illégales par le gouvernement régional qui profite d’une faille juridique, les trois télés locales ne bénéficiant plus des concessions administratives ad-hoc. Celles-ci ont été attribuées en 2005 par ce même gouvernement, de façon arbitraire. Selon Enrique Riobóo, directeur de Canal 33, le gouvernement régional a favorisé un petit cercle de « pistonnés » proches du pouvoir.

C’est le cas de l’opérateur de TDT Teledifusión Madrid, qui fait partie du « cluster » audiovisuel du réseau Madrid Network. Un « partenariat public-privé » à la mode actuellement, chapeauté par le gouvernement de Madrid, la Chambre de commerce et… la Confédération des chefs d’entreprises, clairement opposée aux mouvements pacifistes de contestation. Lors de la répartition des licences, les trois télés « solidaires » sont restées sur la touche pour des raisons encore floues, le secrétaire général du Conseil du Gouvernement de la Communauté de Madrid n’ayant pas donné suite à nos demandes d’interview.

Menace de lourdes amendes

Le Sénat espagnol est cependant intervenu en 2007, amendant la loi qui protège les télévisions communautaires existantes, comme c’est le cas avec Tele K, Solidaridad TV et Canal 33. Problème : le précédent gouvernement du PSOE (Parti socialiste espagnol) n’a pas pris la peine de rédiger le décret subordonné à l’application de cette loi avant de quitter le pouvoir. C’est dans cette faille juridique que les conservateurs madrilènes se sont engouffrés pour faire taire les trois télés locales.

S’il y a débat juridique, il n’y a pas de dossier pénal contre les télés locales. Aussi, le gouvernement d’Esperanza Aguirre s’en prend directement à la communauté de propriétaires de la Tour de Valence, l’édifice qui abrite les télévisions, qu’elle menace d’une amende de 30 000 euros par jour si celle-ci s’obstine à héberger les équipements de diffusion des émissions présumées illégales. La date du démantèlement des équipements de diffusion n’a pas été confirmée.

Émettre dans la clandestinité

Puisque le gouvernement local a le pouvoir d’attribuer les concessions, pourquoi ne pas laisser Tele K, Solidaridad TV et Canal 33 déposer une requête pour l’obtenir ? Pour Enrique Riobóo et Paco Pérez (directeur de Tele K), la décision de fermer les télés locales est politique et non technique… « La TNT a été une belle arnaque, s’insurge Enrique Riobóo. Elle était sensée encourager la pluralité des canaux et nous sommes les premières victimes de restrictions arbitraires ! ». Depuis l’émergence du mouvement 15-M, le mouvement des Indignés espagnol, l’audience des trois télés locales a augmenté de façon exponentielle.

Leur ton critique envers le gouvernement d’Esperanza Aguirre et leurs images montrant l’ampleur réelle du mécontentement du peuple espagnol semblent avoir attiré les téléspectateurs. « Depuis la Tour de Valence, les télés locales peuvent atteindre pas moins de 6 millions d’auditeurs potentiels », fait remarquer Pedro de Alzaga, directeur adjoint de Cuarto Poder (« Quatrième pouvoir »), un autre média alternatif espagnol.

Citoyens et donateurs à la rescousse

Harcelés et asphyxiés économiquement, les trois télés locales ont décidé de réagir avec l’appui des mouvements sociaux du 15-M. Tele K et Canal 33 unissent leurs forces et leurs moyens pour continuer à diffuser leurs émissions depuis un lieu gardé secret. Les trois télés s’apprêtent à déposer une requête auprès des tribunaux pour que la Loi générale sur l’audiovisuel qui les protège soit reconnue et que la fermeture des émissions soit annulée. Voilà pour la résistance juridique.

La mobilisation citoyenne est également de mise : l’assemblée de Vallecas appelle à une manifestation pour le 29 mai. Les auditeurs se cotisent pour donner un peu d’oxygène aux équipes audiovisuelles (en 2011, les dons spontanés ont atteint la somme de 38 000 euros). L’autre objectif est de diffuser largement leur lutte auprès du grand public, des groupes parlementaires espagnols, des associations de presse, mais aussi d’organismes européens (les avocats des trois télés locales étudient la possibilité de permettre aux citoyens de déposer une plainte auprès des instances européennes).

Journalistes agressés

Tele K, Canal 33 et Solidaridad TV comptent sur l’appui des réseaux sociaux et celui des indignés de toute la planète pour dénoncer un cas manifeste d’atteinte à la liberté d’expression dans un état européen sensé être « démocratique ». Dans un contexte où les tentatives de censure contre la presse se multiplie.

Mi mai, le photographe Javier Zurita de l’agence de presse allemande Laif, a été agressé physiquement par des policiers alors qu’il couvrait un rassemblement à la Puerta del Sol. Javier Bauluz, du magazine on-line Periodismo Humano, a été frappé au visage par des policiers alors qu’il couvrait une expulsion de logement. Bienvenue dans l’Europe de l’austérité démocratique !

Photo : © Javier Bauluz

http://www.bastamag.net/article2404.html

17:51 Écrit par Junior dans l'Euro, le monde, Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/04/2012

Des indignées à Paris


ONYVA.jpg
 
 

Manifestation d'indignés le 11 novembre 2011 à Lyon Jean-Philippe Ksiazek afp.com
 

Ils viennent de Marseille, Toulouse, Bayonne, Lille et Angers. 

Partis de Marseille, Toulouse, Bayonne, Lille et Angers, ils sont étudiants, enseignants, coiffeurs, aides-soignants, sans emploi ou retraités, militants du mouvement des «Indignés» ou simples citoyens, ils convergent ce samedi à Paris pour dénoncer «la mascarade» de la présidentielle. 

Lancées entre le 3 mars (Marseille) et le 7 avril (Angers), ces cinq «Marches populaires» se retrouvent à Paris samedi après avoir fait la jonction avec la «marche des banlieues», qui s'est élancée le 15 avril de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 

A raison de 20 à 30 kilomètres par jour, elles ont rassemblé entre 10 et 15 participants par étape pour les plus petites (Angers) et entre 20 et 30 pour les plus importantes (Bayonne, Marseille). Certains y ont participé de bout en bout, d'autres ont pris part à quelques étapes, au gré de leur disponibilité. Car beaucoup de marcheurs travaillent. 

«Ce n'est pas du tout un mouvement de gens qui n'ont rien à faire», assure Charlotte, professeur d'art plastique de 29 ans, de Toulouse, qui refuse de donner son patronyme, comme l'ensemble des participants. «Il y a tous les âges, toutes les catégories socioprofessionnelles, toutes les professions», dit-elle, citant «un gynécologue, des météorologues, un professeur de chant, des intérimaires et des étudiants». 

On trouvait aussi des instituteurs, des infirmiers ou des RMIstes à Angers, un coiffeur, des chercheurs, un graphiste, un aide-soignant ou un plombier-chauffagiste à Lille, et même un lycéen qui prépare le bac à Marseille. Le doyen de Toulouse a 60 ans, la benjamine d'Angers a 13 ans et marche avec sa mère. Au total, la marche de Marseille a compté 150 à 200 participants, celle de Bayonne une centaine, selon des participants. 

«Rejet du système politique actuel» 

Tous disent se retrouver sur «le rejet du système politique actuel» et la volonté de «se réapproprier l'espace public» et d'«éveiller la population». 

«On veut dénoncer la mascarade électorale, montrer que le peuple n'a pas la parole», explique Sylvie, 42 ans, qui vient de Lille. «On ne se sent plus du tout représentés par les politiques. On cherche un nouveau fonctionnement de la démocratie», renchérit Alexandre, 31 ans, de la marche angevine. 

A chaque commune traversée, les marcheurs se sont installés «sur la place publique», organisant des «assemblées et repas populaires», des projections de documentaires ou des débats. 

«Le but c'est d'échanger avec les gens, de partager les expériences, les ressentis» et de «créer l'étincelle là où il y a besoin, pour ne plus subir une société qui met des murs entre les gens», pense Nicolas, 25 ans, de la marche marseillaise centrée sur «l'écologie». 

Des campements installés avec l'accord des mairies 

Les marcheurs interrogés disent qu'ils ont été accueillis «positivement par les gens». «Ils sont intrigués, posent des questions, restent avec nous pour discuter. Certains se sont joints à nous. On a fait de belles rencontres», souligne Louise, 19 ans, de Marseille. 

Les campements étaient installés la plupart du temps avec l'accord des mairies, qui ont parfois fourni douches et toilettes. Il y a eu toutefois de l'hostilité dans des municipalités, comme à Illiers-Combray (Eure-et-Loir), Longjumeau (Essonne) ou Montrouge (Hauts-de-Seine), relèvent des marcheurs obligés de trouver refuge chez l'habitant. 

A Paris, les marcheurs et tous leurs soutiens ont annoncé qu'ils se réuniront samedi à 14h00 à la Fontaine des Innocents du quartier des Halles (Ier), mais également sur la place du Châtelet toute proche, avant de se rendre au Champ de Mars (VIIe), où ils espèrent pouvoir rester jusqu'au 12 mai, journée d'actions internationale de tous les «Indignés», un an après le début du mouvement espagnol.

 

Source: 20minutes

08:05 Écrit par Junior dans France, Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

30/01/2012

Mouvement des indignés : 300 arrestations lors de manifestations à Oakland..


16:15 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/01/2012

Les indignés manifestent au Portugal contre l’austérité



29539edcf6d0f9619555a0c4ca42341c_L.jpgLa manifestation devait être pacifique, mais elle a dégénéré. Au Portugal, alors que les “indignés” défilaient à Lisbonne, ils ont affronté d’autres manifestants appartenant à l’extrême-droite ; la police a écarté ces derniers du cortège. Signe que l’ambiance est électrique au Portugal, soumis à une cure d’austérité rejetée par une population éprouvée. Troisième pays de la zone euro à faire appel à une aide extérieure, le Portugal s’est engagé à la rigueur, en échange d’un prêt de 78 milliards d’euros de l’UE et du FMI. Cette semaine le gouvernement a signé un accord avec les partenaires sociaux qui permettra d’assouplir le marché du travail, supprimer des jours fériés et réduire les congés. Le premier syndicat du pays s’y oppose.
 
Source: IRIB

16:57 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/01/2012

Des "indignés" paralysent la circulation dans Rome

pict_393213.jpgLe mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

Après avoir protesté samedi au Vatican, des "indignés" d'Italie et d'autres pays d'Europe ont paralysé dimanche la circulation dans le centre de Rome, réussissant à pénétrer dans le Colisée et moquant allègrement des dirigeants européens face à la crise financière.

La plupart des quelque 200 manifestants étaient partis en début d'après-midi de la place San Giovanni, dansant, tapant sur des tambourins et certains portant des masques. Ils avaient appelé leur manifestation "carnaval du système". Certains passants les accompagnaient, dansant et battant des mains avec eux. "Prends ta liberté, personne ne te la donnera", affirmait une affiche accrochée sur le chemin par les manifestants.

"Banque mondiale, nous ne payons pas votre crise", "chaque révolution naît de la désobéissance! Révolution pacifique!", proclamaient des pancartes brandies. Plusieurs d'entre eux ont réussi à entrer dans le Colisée, le monument le plus célèbre de la Rome antique, se mêlant aux touristes brièvement, avant d'en ressortir.

Sur la place de Venise, des "indignés" portant les masques aux effigies du président du Conseil Mario Monti, de la chancelière Angela Merkel et du président Nicolas Sarkozy, mimaient une scène d'échanges de baisers entre eux, à quelques jours du sommet des trois dirigeants, prévu vendredi à Rome. Le maire de Rome, l'ancien post-fasciste Gianni Alemmano, a demandé aux forces de l'ordre de mettre fin à l'agitation de quelque 200 "indignés", qui, dans le cadre d'une "manifestation non autorisée", "créent des difficultés pour les citoyens romains".

"Il ne suffit pas de se définir soi-même indigné pour bloquer impunément des rues et faire des incursions dans le Colisée", a-t-il dit. Samedi, la police romaine était intervenue de manière musclée contre une cinquantaine d'"indignés", notamment d'Espagne et de France, qui manifestaient sur la place Saint-Pierre pour contester le "pouvoir" du pape et la richesse du Vatican.

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

 

Source:lalibre.be

09:24 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/01/2012

Les indignés du Vatican violentés par la police

indignes-vatican.jpgCITE DU VATICAN - La police italienne est intervenue samedi de manière musclée contre une cinquantaine d'indignés en provenance de plusieurs pays, notamment d'Espagne et de France, qui manifestaient sur la place Saint-Pierre pour contester le pouvoir du pape et la richesse du Vatican.

Après avoir passé près de trois heures devant la crèche géante installée sur la place en criant des slogans hostiles au pape ou au Vatican, les manifestants ont été évacués manu militari par les forces de l'ordre, a constaté l'agence d'informations religieuses I.Media.

Ces dizaines de jeunes, en majorité Espagnols, Français, Italiens, Belges ou Grecs, s'étaient installés au pied du sapin de Noël dressé à côté de la crèche géante, devant la basilique.

Ils criaient de nombreux slogans, parmi lesquels : Eglise corrompue, pape criminel ou encore Vatican paie les impôts comme tout le monde.

Alors qu'ils avaient planté quelques tentes derrière les barrières entourant la crèche et le sapin, ils ont été, dans un premier temps, évacués des lieux par la police italienne et par des hommes de la Gendarmerie vaticane.

Trois manifestants ont été arrêtés par les forces italiennes, en charge de la sécurité de la place, dont l'un qui avait grimpé dans le sapin de Noël. Ils ont été conduits dans un commissariat.

La police a donné quelques coups de matraque et attrapé plusieurs jeunes par les pieds et les épaules. De nombreux indignés ont résisté, les mains levées en l'air, au cri de Non à la violence. Francisco, un jeune Espagnol, a été blessé, frappé au visage par un policier.

En quelques minutes, le groupe s'est retrouvé en dehors du territoire du Vatican, sur la place Pie XII, au milieu d'une bonne centaine d'hommes des forces de l'ordre.

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a jugé juste et opportune cette évacuation. Interrogé par l'agence italienne Ansa, le père Federico Lombardi a expliqué que les manifestants avaient voulu utiliser la place Saint-Pierre de manière impropre, regrettant leurs expressions et leurs actes.

Selon Gigi, un des responsables du mouvement, le Vatican fait partie des riches et nous contestons sa suprématie. Cette militante belge précise que le mouvement, qui comptait de nombreux croyants, ne conteste pas l'aspect spirituel ou l'engagement de l'Eglise. 

Sur un site Internet (http://indignado.org), un autre mouvement annonce que les indignés entendent occuper en mai prochain durant trois jours la place Saint-Pierre, au centre moral du capitalisme mondial.

Selon le manifestant espagnol Julian Gardia, personne n'a été blessé gravement mais ce qui s'est passé est très grave, parce que nous manifestions aussi pour eux, pour les policiers, en ce moment de crise pour tous.

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après que le président du Conseil Mario Monti se fut entretenu de la crise économique en Italie avec le pape Benoît XVI.

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

 

Source: Romandie

12:53 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/12/2011

Le Moment Est Venu ! Message du Mouvement "Occupy Wall Street" à l’Humanité

"Aucune armée ne peut arrêter une idée dont le temps est venu..." Victor Hugo 

La déclaration officielle du mouvement Occupy Wall Street lue par Keith Olbermann le 05/10/2011 sur une chaîne de télé américaine : Current TV.

 "Alors que nous sommes réunis de façon solidaire pour exprimer un sentiment d’injustice générale, nous ne devons pas perdre de vue ce qui nous réunis.

 Nous écrivons ceci pour que tous les individus qui se sentent trompés par des entreprises mondiales, sachent que nous sommes leurs alliés.

 En tant que peuple, uni, nous constatons cette réalité : L’avenir de l’espèce humaine exige la coopération de ses membres ; notre système doit protéger nos droits et en cas de corruption de ce système, ce sont les individus qui doivent protéger leurs propres droits et ceux de leurs voisins.

 Un gouvernement démocratique tire son pouvoir légitime du peuple mais les entreprises se passent d’autorisation pour extraire les richesses du peuple et de la Terre ...

 Aucune VRAIE DEMOCRATIE n’est atteignable si le processus est déterminé par le pouvoir économique.

 Nous venons à vous à une époque où les entreprises, qui placent le profit au dessus des gens, l’intérêt personnel au dessus de la Justice et l’oppression au dessus de l’Egalité, pilotent nos gouvernements.

 Nous sommes réunis pacifiquement, comme le droit nous l’autorise, pour rendre ces faits publics.

 Ils ont pris nos maisons par des procédés de liquidation illégaux, sans détenir les hypothèques originales. Ils ont pris les budgets de sortie de crise et continuent à octroyer des bonus exorbitants. Ils perpétuent les inégalités et la discrimination sur les lieux de travail, en se basant sur l’âge, la couleur de peau, l’appartenance, l’orientation et l’identité sexuelle.

 Ils ont empoisonné nos ressources alimentaires par négligence et ont déstabilisé le monde rural par des pratiques monopolistiques. Ils ont profité de la torture, du confinement et des traitements cruels envers d’innombrables animaux, et cachent activement ces pratiques. Ils ont continuellement cherché à enlever le droit des employés de négocier pour un meilleur salaire et des conditions de travail sécurisées.

Ils ont pris en otage les étudiants en les endettant de plusieurs dizaines de milliers de $ pour une éducation qui est un droit.

 Ils ont constamment délocalisé le travail et utilisé cette ressource extérieure comme levier pour diminuer les couvertures de santé et les salaires. Ils ont influencé les tribunaux pour atteindre les droits des peuples, sans la moindre culpabilité et sans la moindre responsabilité. Ils ont dépensé des millions de $ dans des équipes juridiques pour pouvoir échapper à leur obligation en assurance santé. Ils ont vendu notre intimité comme une marchandise.Ils ont utilisé les forces de police et l’armée pour empêcher la presse d’exercer en toute liberté.

 Ils ont délibérément "oublié" de rappeler des produits défaillants mettant des vies en danger, dans la poursuite de profits. Ils déterminent les politiques économiques, malgré les faillites catastrophiques qu’elles ont engendrées et qu’elles continuent à engendrer. Ils ont donné des sommes importantes d’argent aux politiciens responsables de les contrôler.

 

 Ils continuent à bloquer le développement des énergies alternatives pour nous garder dépendant du pétrole. Ils continuent à bloquer des médicaments génériques qui pourraient sauver des vies ou les soulager, afin de protéger leurs investissements dont ils ont déjà substantiellement profité. Ils ont volontairement couvert les marées noires, les accidents, les falsifications comptables et les produits inactifs dans la recherche de profits.

 Ils gardent la population dans la désinformation et dans la peur au travers de leur contrôle des médias.

Ils ont accepté des contrats privés pour assassiner des prisonniers, même lorsqu’il y avait de sérieux doutes sur leur culpabilité.
Ils ont perpétué le colonialisme ici comme à l’étranger.
Ils ont participé aux actes de tortures et aux meurtres de civils innocents à l’étranger.
Ils continuent à créer des armes de destruction massives afin de bénéficier des contrats étatiques.

 A la population du Monde, nous, Assemblée Générale de la ville de New-York, occupant le quartier de Wall-Street dans le Square Liberty, nous vous recommandons d’affirmer votre pouvoir.

 EXERCEZ VOTRE DROIT À VOUS RASSEMBLER DE FAÇON PACIFIQUE. OCCUPEZ L’ESPACE PUBLIC. CRÉEZ UN PROCESSUS POUR APPRÉHENDER LE PROBLÈME AUQUEL NOUS FAISONS FACE ET GÉNÉREZ UNE SOLUTION À LA PORTÉE DE TOUS.

 A TOUTES LES COMMUNAUTES QUI AGISSENT ET FORMENT DES GROUPES DANS L’ESPRIT DE LA DÉMOCRATIE DIRECTE, NOUS VOUS OFFRONS SOUTIEN, DOCUMENTATION ET TOUTES LES RESSOURCES A NOTRE DISPOSITION.

 REJOIGNEZ-NOUS ET FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX !"

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/le-moment-es...

11:43 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/12/2011

Les USA : phare hypocrite des Droits de l’Homme


RT : les USA : phare hypocrite des droits de... par hussardelamort

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-USA-phare-hypoc...

08:51 Écrit par Junior dans Les indignés, U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

06/12/2011

Les manifestants d'occupy London = les FARC = Al Qaida

 

ZZZZZZZZZZZZZZZ.jpg

La police de la City of London a mis les manifestants de Occupy London sur le même pied que les révolutionnaires colombiens du FARC, que la branche d’Al Qaida au Pakistan et qu’un groupe de terroristes biélorusses qui a fait exploser une bombe dans un métro.

Voici le mémo de la police intitulé « Suivi sur le terrorisme/extrémisme pour la communauté d’affaire de la City of London » (décembre 2011):

 

ZZZZZZ.jpg


prison planet

20:39 Écrit par Junior dans Les indignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/11/2011

Occupy Wall Street : le capitaine à la retraite Raymond Lewis arrêté

17 novembre 2011

Alors que la police new-yorkaise (NYPD) arrêtait le capitaine Raymond Lewis qui manifestait au sein du mouvement Occupy Wall Street, la foule s’est mise à huer les forces de l’ordre. La manifestation qui a commencé pacifiquement a encore tourné à la violence. Les correspondants sur place de Russia Today ont rapporté que la police avait commencé à arrêter brutalement les gens à Manhattan. La productrice de Russia Today Lucy Kafanov, qui est sur place à New York, a rapporté des heurts entre la police et les manifestants.

Traduction de la pancarte sur la photo d’illustration : "NYPD, ne soyez pas les mercenaires de Wall Street".

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Occupy-Wall-Street-...

11:05 Écrit par Junior dans Les indignés, U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/11/2011

Occupy Oakland : la police frappe brutalement un vétéran

Traduction E&R

A vu le jour une vidéo de la police US frappant un vétéran de la guerre en Irak et manifestant pacifique, Kayvan Sabeghi, qui avait rejoint le mouvement Occupy Oakland en Californie.

La vidéo postée par The Guardian, un journal anglais, montre Kayvan Sabeghi face à la ligne de policiers dans la nuit du 2 novembre à Occupy Oakland.

Un officier arrive face à Sabeghi et lui dit de "dégager". Sabeghi recule, à distance de la ligne des forces de l’ordre, puis s’arrête. L’officier alors l’attrape, et commence à le frapper avec sa matraque en lui disant de s’allonger au sol. Sabeghi tombe alors au sol pendant que quelqu’un crie "Stop".

Sabeghi, 32 ans, un résident d’Oakland et ancien de la Marine, ayant servi en Irak et en Afghanistan, a du subir une opération chirurgicale de la rate.

Selon le Guardian, la vidéo a été réalisée par l’artiste et photographe Neil Rivas, qui rappelle que Sabeghi était "totalement pacifique" et que l’incident "était injustifié".

"Il y avait surtout Kayvan et moi sur place au moment où il à commencé à frapper" a dit Rivas.

"Je l’ai vu tomber au sol et j’ai essayé de garder ma caméra sur lui, mais ils ont rapidement fait barrage entre moi et Kayvan. J’ai été poussé à l’écart et j’avais plusieurs armes pointées sur moi" ajouta-t-il.

En octobre, un ancien Marine de 24 ans, Scott Olsen, qui a officié deux fois dans les guerres américaines en Irak, a aussi été frappé à la tête par une grenade lacrymogène tirée par la police d’Oakland. Olsen souffre d’une fracture du crâne.

Le mouvement Occupy est né après qu’un groupe de manifestants s’était réuni au quartier financier de New York, le 17 septembre pour protester contre la distribution injuste des richesses dans le pays et l’influence excessive des grosses compagnies dans la politique américaine.

En dépit des répressions policières et des arrestations massives, le mouvement Occupy, qui déborde le mouvement Occupy Wall Street, s’est maintenant étendu aux plus grandes villes américaines aussi bien qu’en Australie, Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, Irlande, Portugal, et d’autres pays.

19:01 Écrit par Junior dans Les indignés, U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |