19/02/2012

Des centaines d'oiseaux sont tombés raides morts en plein vol au dessus d'une autoroute

 

 dd395birdssite

 

Des centaines d'oiseaux sont tombés raides morts en plein vol au dessus d'une autoroute en pleines heures de pointe.

Ce sont tous des étourneaux, et même si on en retrouve un peu partout sur les bas cotés, la grande majorité se sont directement écrasés sur les voies de circulation en direction de Laurel.

«Je passe ici tous les jours et je n'ai jamais vu ça», explique Ray Wheltle.

Une équipe de nettoyage de l'autoroute a rapidement balayé ce qu'elle pouvait, tandis que les automobilistes tentaient de se frayer un passage parmi les centaines de cadavres.

Des biologistes de l'Etat du Maryland disent qu'il peut simplement s'agir d'un accident avec un camion: Les étourneaux ont tendance à voler en rangs serrés, et ils se sont probablement heurtés au côté d'un semi-remorque. En attendant le mystère reste entier, des échantillons ont été envoyé à des laboratoires pour de plus amples analyses.

Dan Kennedy un résident de Laurel croit pour sa part que quelque chose de bizarre se passe dans la région, il y a déjà eu un cas similaire il un mois ou deux . "Un groupe d'oiseaux qui survolait un parc de stationnement y a plongé en pensant qu'il s'agissait d'un plan d'eau, ils s'y sont fracassés à l’atterrissage»

Certains relient l'étrange phénomène avec des incidents similaires rapportés dernièrement dans d'autres états du pays, au Mississippi par exemple.


Les nombreux cas de mort d'oiseaux semblent  tous pointés vers un système d'énergie dirigé de type haarp car selon les analyses  faites par des scientifiques elles ont révélés la présence d'un choc electromagnétisme violent type micro ondes oiseaux à l'intérieur complètement liquéfier ou soit des neurotoxines d'origine (chemtrail dans tous les cas ce n'est pas naturel juste ) la suite d'un scénario apocalyptique pour semer la peur dans le public et l'acceptation...

 

Source: Rusty James News

11:51 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/02/2012

Le plus petit caméléon au monde découvert près de Madagascar


ce-b-micra-juvenile-est-pose-sur-la-pointe-d-une-allumette-.jpgUne espèce de caméléons plus petits

que le bout d’une allumette a été

récemment découverte sur Nosy

Hara, un îlot au large de Madagascar. 


Brookesia micra est dorénavant la plus

petite espèce de caméléons au monde. Le

spécimen, a été découvert sur Nosy Hara,

un îlot au large de Madagascar, lors d’une

expédition destinée à répertorier des petits

reptiles qui jusqu’à présent n’ont jamais été

décrits. Frank Glaw, herpétologiste au

Museum d’Histoire Naturelle de Munich et

directeur de l’opération, confie

à OurAmazingPlanet que outre son

expérience et celle de ses collègues l’équipe a eu aussi "beaucoup de chance"

de tomber sur B. micra ainsi que trois autres espèces de minuscules

caméléons identifiés au cours de leurs excursions.

Pour parvenir à cette prouesse, les chercheurs ont parcouru de nuit l’île en

utilisant des projecteurs et des lampes torches. Les petits caméléons sont en

effet plus facilement repérables le soir car ils s’accrochent sur des branches

pour y dormir. "On les trouve généralement à 10 centimètre du sol",

explique Frank Glaw. Si la recherche des petits reptiles s’avère une tâche

ardue, forte heureusement, une fois ils ne sont pas difficiles à attraper une

fois repérés. "Comme ils dorment, vous pouvez simplement les ramasser. Ils

ne bougent pas du tout la nuit. C'est comme la cueillette de fraises" ironise

le chercheur.

Les observations publiées dans la revue en ligne PLOS ONE, le 15 février,

décrivent B. micra comme un petit caméléon atteignant en moyenne 30

millimètres de long à l’âge adulte, quelque soit son sexe. Selon Frank Glaw, la 

nouvelle espèce représente la limite de la miniaturisation possible. Le mini

caméléon ne détrône toutefois pas le record du plus petit vertébré détenu par 

Paedophryne amauensis, une grenouille de 7,7 millimètres de long.


L’enthousiasme engendré par la découverte aura toutefois été de courte

durée. Les experts ont déjà averti que deux des espèces découvertes sont

extrêmement menacées en raison de la perte de leur habitat engendré par la

déforestation à Madagascar.

 

brookesia-micra-detient-le-record-de-la-plus-petite-espece-.jpgles-cameleons-de-cette-espece-atteignent-generalement-30-mi.jpg

Source: Maxisciences

19:03 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Le calvaire horrible des phoques à cause des débris humains


media_xl_4629303.jpgPneus, filets de pêche, bouées, sacs en plastique, la liste des débris qui polluent les mers et les océans est longue. Autant de déchets qui deviennent un véritable calvaire pour les animaux marins.

 

Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir les effets dévastateurs sur les phoques et les otaries: crochets figés dans la gueule, cou coincé, corps prisonnier, difficile de ne pas réaliser que l'être humain joue un rôle peu flatteur dans la nature.

 

Une majorité de ces animaux pris au piège sont des jeunes, le plastique leur coupant le corps au fur et à mesure qu'ils grandissent ou les étouffant chaque jour un peu plus. Le ministère de la chasse et de la pêche d'Alaska a publié la vidéo pour mettre en évidence l'impact de nos comportements sur la faune.

 

Les autorités de l'Alaska veulent travailler plus étroitement avec l'industrie de la pêche pour empêcher que les lions de mer et les phoques soient piégés par ces débris. Les particuliers sont aussi appelés à ramasser leurs déchets lorsqu'ils se rendent à la plage et à limiter la consommation de sacs plastique.

 

Une étude sur les lions de mer de Steller, qui sont en danger d'extinction, a été réalisée entre 2000 et 2007 le long des côtes de l'Alaska et du Nord de la Colombie-Britannique. Les chercheurs ont constaté qu'au moins 386 animaux étaient emmêlés ou avaient avalé des débris.

 

Lauri Jemison, biologiste, ajoute: "Malgré ces chiffres, nous pensons qu'ils sont encore sous-estimés par rapport au nombre réel d'animaux enchevêtrés". Les sacs plastiques et les éléments en caoutchouc sont les articles les plus courants retrouvés sur les animaux. Les débris rejetés en mer sont également mortels pour les autres animaux marins, notamment les oiseaux de mer et les tortues. (ca)

 
Source: 7s7.be

18:58 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/02/2012

Rencontre avec un roi au dos argenté

Au détour d'un chemin, du parc national Bwindi en Ouganda, une rencontre inattendue avec un roi au dos argenté et sa famille.

 

 

19:03 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/02/2012

Overdose d’antibiotiques dans l’élevage industriel

PAR AGNÈS ROUSSEAUX (8 FÉVRIER 2012)

Des animaux gavés aux antibiotiques pour accélérer leur croissance, et voilà des bactéries résistantes qui se retrouvent dans nos assiettes. Elles génèrent des affections parfois mortelles, qui représentent un coût élevé pour le système de santé. Mais la surconsommation d’antibiotiques représente un gain de productivité pour l’industrie agroalimentaire, qui, aux États-Unis, se réjouit de la récente décision de l’Agence de l’alimentation d’autoriser leur utilisation massive dans l’élevage.

La consommation d’antibiotiques prescrits par les médecins n’est rien comparée à la quantité ingérée via l’alimentation. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la moitié des antibiotiques produits dans le monde sont destinés aux animaux. Un chiffre qui s’élève à 80 % aux États-Unis ! Un rapport de l’Agence de l’alimentation états-unienne (Food and Drug Administration, FDA) estime que les animaux d’élevage y consomment 13 000 tonnes d’antibiotiques par an [1] ! Cette surconsommation favorise le développement de bactéries résistantes, qui peuvent se retrouver dans nos assiettes en cas de cuisson insuffisante. Des chercheurs ont par ailleurs montré que les antibiotiques ne sont pas seulement présents dans la viande, mais aussi dans les céréales ou les légumes cultivés sur des sols fertilisés avec du fumier de bétail.

Une étude publiée par la revue médicale Clinical Infectious Diseases en 2011 révèle ainsi que la moitié de la viande de bœuf, de poulet, de porc et de dinde vendue dans les grandes surfaces aux États-Unis contient des germes résistants aux antibiotiques (le staphylocoque SARM). En août dernier, 16 000 tonnes de dinde contaminée à la salmonelle – résistante aux médicaments – ont été rappelées par le géant agroalimentaire Cargill ! Bilan : un mort et une centaine de malades.

La France détient le record de résistance aux antibiotiques

La résistance aux antibiotiques se développe. « Chaque année, 100 000 Américains meurent d’une infection bactérienne contractée à l’hôpital, et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. 70 % de ces infections sont résistantes aux traitements ordinairement utilisés », estime la députée démocrate Louise Slaughter [2], interrogée par The Guardian. La France détient le record de résistance aux antibiotiques en Europe : 50 % pour la pénicilline et 28 % pour la méticilline [3]. L’Union européenne a réagi en 2006, interdisant la consommation d’antibiotiques pour augmenter la croissance des animaux. En France, plus de 1 000 tonnes d’antibiotiques sont pourtant encore consommées chaque année dans l’élevage. Une étude de l’Agence nationale du médicament vétérinaire évalue la présence d’antibiotiques à 67,7 mg par kg de viande produite. Elle rappelle aussi que les « antibiotiques récents sont généralement plus actifs et nécessitent l’administration d’une quantité plus faible ». L’Allemagne n’est pas en reste, avec ses poulets industriels gavés aux « antibios ».

Malgré cet inquiétant constat, aux États-Unis, l’Agence de l’alimentation (Food and Drug Administration, FDA) vient d’opérer un revirement « consternant ». Fin décembre, elle est revenue sur une promesse – datant des années 1970 ! – de contrôler l’usage de deux des antibiotiques les plus utilisés : pénicillines et tétracyclines. Les producteurs pourront continuer d’en gaver leurs animaux. La FDA préfère, à la place, concentrer ses efforts sur « le potentiel de réforme volontaire » de la part des agriculteurs… Cette décision – publiée discrètement dans le registre fédéral (Journal officiel) à la veille de Noël – « ne doit pas être interprétée comme le signe que la FDA n’a plus de préoccupations sanitaires »sur le sujet, se sent-elle obligée de préciser. Un sympathique « cadeau de Noël de la FDA aux fermes industrielles », ironise certains commentateurs.

20 milliards de dollars par an pour le système de santé

Cette surconsommation d’antibiotiques a aussi un coût : le SARM (staphylocoque résistant à la méticilline) est responsable du décès de 19 000 personnes chaque année aux États-Unis, et entraîne 7 millions de visites chez le médecin ou aux urgences, estime Maryn McKenna, journaliste spécialisée en santé publique : « Chaque fois qu’une personne contracte le SARM à l’hôpital, les coûts de santé sont multipliés par quatre. La résistance aux antibiotiques est un énorme poids pour la santé publique dans notre société. »Un coût estimé à 20 milliards de dollars par an pour le système de santé états-unien.

Mais le lobby de l’agroalimentaire mène aussi la bataille des chiffres : pour la Fédération états-unienne de la dinde, les antibiotiques permettent de diminuer d’un tiers le coût de production [4]. Les antibiotiques diminuent le temps de croissance, et sont nécessaires pour que les animaux supportent de vivre entassés par milliers dans les porcheries et les poulaillers. Sans antibiotiques, il faudrait plus d’infrastructures agricoles. Et 175 000 tonnes de nourriture en plus, rien que pour l’industrie de la dinde aux États-Unis, affirment les professionnels du secteur.

Des arguments qui semblent avoir convaincu la FDA, qui repousse toute décision pour réguler la consommation d’antibiotiques. Sans doute – en cette période électorale – pour éviter un financement massif par le lobby agroalimentaire de la campagne républicaine. En janvier, sous le feu des critiques, la FDA annonce cependant qu’elle va limiter à partir d’avril l’utilisation d’une catégorie d’antibiotiques, les céphalosporines, pour les bovins, les porcs ou les volailles. Bonne opération de communication : les médias reprennent en chœur cette décision, pointant les efforts de la FDA pour « limiter l’usage des antibiotiques ». Mais, oublient-ils de préciser, les céphalosporines ne représentent que 0,5 % des antibiotiques utilisés dans l’élevage. Pas de quoi rassurer les consommateurs. Ni résoudre ce grave problème sanitaire.

Agnès Rousseaux

Photo : CC John Donges

http://www.bastamag.net/article2079.html

15:40 Écrit par Junior dans le monde, le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Pérou : 365 nouvelles espèces répertoriées dans le parc Bahuaja Sonene


cette-grenouille-geante-a-ete-retrouvee-dns-le-parc-credit-.jpg365 espèces encore jamais vues dans le parc national Bahuaja Sonene, au sud du Pérou, ont récemment été répertoriées, selon la Wildlife Conservation Society.

Une expédition dirigée par la Wildlife Conservation Society (WCS) dans le parc national Bahuaja Sonene, en Amazonie péruvienne, a mené à la découverte de 365 nouvelles espèces. Les spécimens, connues des scientifiques sur d’autres aires de répartition n’avaient encore jamais été observées au sein de la zone de protection mise en place en 1996. La région a été passée au crible par une douzaine de chercheurs assignés à l’analyse de l’ensemble du règne végétal, des insectes, reptiles, oiseaux et mammifères.

Au total, 30 espèces d’oiseaux encore non documentées ont été mises en évidences dont notamment l’aigle noir et blanc, Le Phalarope de Wilson et le coulicou cendré. Deux nouveaux mammifères, chauves-souris, ont par ailleurs été répertoriés parmi la faune du parc (la Macrote de Nicéphore et la pipistrelle de l’Est) ainsi que 233 espèces de papillons diurnes et nocturnes. "La découverte de nouvelles espèces et particulièrement au sein du parc Bahuaja Sonene souligne l'importance des initiatives de conservation en cours dans cette région", indique Julie Kunen, directrices des programmes menés par WCS en Amérique latine.



Avec une superficie recouvrant plus d’un million d’hectares, le parc national recèle une biodiversité étonnante. On compte actuellement 600 espèces d'oiseaux dont sept types différents d'aras, 180 espèces de mammifères dont notamment le loup à crinière, le cerf des marais et le fourmilier géant, 50 espèces de reptiles et amphibiens, 180 espèces de poissons et 1.300 types de papillons. Parmi ces divers spécimens, nombreux ont été découverts au cours de cette dernière décennie. Des données de la WWF recueillies entre 1999 et 2009 estiment la fréquence de découverte à une nouvelle espèce tous les trois jours. 


 

Source: Maxisciences

15:30 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/02/2012

A partager partout…..J’accuse…..

Partagez cette vidéo autour de vous, réveillez les consciences endormies.

Merci à OLKAN

SOURCE YOUTUBE 

Par Phil de TerreSacree via Les moutons enragés.

09:27 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

02/02/2012

USA: une centaine de dauphins retrouvés morts en 3 semaines mystérieusement


cbs_news_screenshor.pngPlus de 100 dauphins se sont échoués mystérieusement à 25 miles du littoral de  Cape Cod, Massachusetts (USA), dans les trois dernières semaines, et le nombre va croissant.

Les sauveteurs, inquiets, disent qu’ils n’ont jamais vu cela. Quant aux scientifiques, ils sont toujours à chercher des réponses.

Le nombre alarmant de dauphins échoués le long du littoral déroutent tout le monde, et ce depuis trois semaines maintetant.

Lundi, ils ont répondu à un appel disant que trois dauphins s'approchaient dangereusement du rivage. Deux ont nagé trop près et ont eu besoin d’une intervention par les secouristes du Fonds international pour la protection des animaux. Les deux s’en sont sortis sains et saufs. le troisième est mort.

Trois carcasses ont déjà été découvertes au cours du week-end, ce qui porte le nombre de dauphins décédés à 102, une quantité normale pour une année entière, mais pas pour 3 semaines !

cape-cod.PNGKatie Moore, responsable de l'équipe de sauvetage des mammifères marins, dit qu'elle ne sait tout simplement pas pourquoi cela se passe. La biologiste marin Misty Niemeyer a examiné les corps des dauphins qui n'ont pas survécu, à la recherche d'indices : «Une chose qui pourrait nous aider, explique-t-elle, est  que si tous ces animaux semblent en bonne santé, que nous savons qu'ils vivent en groupe en bonne santé, alors il est plus que probable qu’autre chose comme des problèmes d’orientation ou bien météorologiques en soient la tragique conséquence.

"Une maladie émergente par exemple, ou des toxines, ou  autre chose pourraient avoir causé leur décès.

25 de ces dauphins échoués ont été sauvés et libérés en toute sécurité dans l'océan, avec des étiquettes électroniques permettant aux scientifiques de suivre leurs mouvements. Bien que de nombreux dauphins aient voyagé loin à partir de Cape Cod, les équipes de secours déjà surchargées continueront de surveiller les dizaines de dauphins au large de la baie de Cape Cod.

A la question : «  Est-ce les deux semaines les plus intenses de votre carrière ? », lq biologiste Niemeyer a répondu : «Nous avons eu quelques échouages ​​de ce genre par le passé, mais ces dernières semaines ont certainement étéassez intenses dans la mesure où le nombre d'animaux en difficultés ou décédés sont survenus dans un laps de temps très court ». « Les scientifiques prévoient d’informer le Congrès sur la situation au plus tard cette semaine», conclue-t-elle. 

 

Source: CBS News

16:11 Écrit par Junior dans le monde animal., U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/01/2012

Au moins 85 dauphins s'échouent aux USA, laissant les experts perplexes


media_xl_4588142.jpg

Au moins 85 dauphins se sont échoués depuis le 12 janvier au Cap Cod (nord-est des Etats-Unis), un nombre beaucoup plus élevé qu'à l'habitude qui laisse les experts perplexes, a-t-on appris mardi auprès du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).

 

"Quatre-vingt-cinq dauphins se sont échoués depuis le 12 janvier et ce nombre pourrait monter à 101, car 16 dauphins sont dans des endroits difficiles d'accès et nous n'avons pas encore pu confirmer leur situation", a précisé à l'AFP un porte-parole, A.J. Cady.

 

Des 85 dauphins retrouvés dans la baie, principalement près des localités de Wellfleet et Eastham, seulement 21 ont survécu et ont pu retrouver le large, avec l'aide des équipes de l'IFAW, a-t-il ajouté.


media_l_4588153.jpg"Personne ne sait vraiment pourquoi ils se sont échoués", a-t-il ajouté.

 

Le Cap Cod est un secteur traditionnellement compliqué pour les dauphins, une sorte de "labyrinthe" dont ils ont parfois du mal à sortir, s'échouant sur ses plages avec la marée montante.

 

Mais, a-t-il ajouté, "ce nombre est très inhabituel. En général, sur un an, nous intervenons auprès de 120 dauphins, un nombre que nous avons presque atteint" en deux semaines.

 

Il a ajouté que les experts avancaient à ce stade plusieurs théories: les dauphins pourraient s'être tout simplement perdus, ou ils auraient suivi un banc de poissons et se seraient fait piéger.

 

Certains avancent aussi un lien avec les oscillations de l'Atlantique nord ou la température de l'eau, d'autres avec des maladies.

 

A ce stade, a-t-il ajouté, il faudra attendre le résultat des examens en cours pour en savoir plus.

(belga)7sur7

12:19 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/01/2012

L’Alaska autorise l’abattage d’ours à partir d’hélicoptères

ours-copie-1.jpgCette annonce, qui s’inscrit dans le cadre d’une série de mesures visant les ours et les loups, a pour but de réguler les populations de prédateurs en Alaska afin de contrer le déclin des populations de caribous et orignaux dans la région.

 

Soutenus par les Républicains, les abattages aériens et les poses de pièges sont fortement critiqués, tant par les écologistes que par certains chasseurs, rapporte le Los Angeles Times. Pour Terry Holliday, président d’une des principales associations de chasseurs en Alaska, il est en effet nécessaire de réduire le nombre de prédateurs mais pas de cette façon : « Ce n’est pas humain, déplore-t-il. [...] S’ils veulent moins d’ours, qu’ils le fassent autrement. »

 

D’autres critiques insistent sur le fait que c’est la sur-chasse par les hommes qui est à l’origine de la baisse des populations des herbivores. D’autres encore rappellent qu’en Alaska, une loi de 1994 prévoit la mise en place d’une politique de management intensif, c’est-à-dire la maximisation des espèces destinées à l’alimentation humaine, au détriment des autres espèces.

 

Auteur : GoodPlanet

20:46 Écrit par Junior dans le monde animal. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | |

EAUX TROUBLES – Contre l’Iran, l’armée américaine pourrait utiliser un escadron de dauphins

"K-Dog", un dauphin entraîné par l'armée américaine dans le golfe Persique en 2003. Brien Aho/AP

"On a des dauphins !" Ainsi s'enthousiasmait récemment l'amiral américain à la retraite Tim Keating, au micro de la radio publique NPR. L'amiral détaillait les moyens militaires dont dispose la Navy pour empêcher un éventuel blocage par l'Iran du détroit d'Ormuz, par où transite un cinquième de la consommation mondiale de pétrole. L'Iran a menacé de miner ces eaux, en réponse à une pression internationale accrue sur son programme nucléaire.

Or, la Navy dispose d'une petite "flotte" de dauphins, capables de repérer et signaler la présence de mines sous-marines. En 2010, elle en entraînait 80 dans la baie de San Diego, selon le Seattle Times.

M. Keating a commandé la 5e flotte américaine à Bahreïn alors que montaient les tensions qui aboutirent à la guerre d'Irak. Il déclarait le 11 janvier à NPR :

Keating : Ils sont incroyables, dans leur capacité à détecter des objets sous l'eau.

NPR : Des dauphins avaient déjà été envoyés dans le golfe Persique durant l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis.

Keating : Je préférerais ne pas dire si nous les avons utilisés ou non. Ils étaient présents sur le théâtre d'opérations.

NPR : Mais vous ne pouvez pas dire si vous les avez utilisés ou non.

Keating : Je préfère ne pas le dire.

Grâce à leur sonar, "les dauphins sont capables de différencier deux pièces de 20 et de cinquante centimes à l'aveugle, et peuvent détecter une sphère de métal de 8 cm, à plus de 100 mètres de distance", écrivait en 2003 le San Francisco Chronicle.

Un dauphin et ses entraîneurs américains près du port d'Oum Qasr, en Irak, en 2003. Le dauphin aurait aidé à nettoyer le port de ses mines pour y faire entre le Sir Galahad, un cargo anglais chargé de matériel d'aide humanitaire. AP Photo/Pool via APTN

La Navy pourrait les utiliser exclusivement pour localiser les mines, qu'ils signaleraient en lâchant un appareil électronique à proximité. Des soldats américains iraient détruire les mines en suivant ces indications. "Mais il est également possible que les dauphins déclenchent eux-mêmes l'explosion des mines et en meurent"s'inquiète vendredi le Guardian. Quel que soit leur entraînement, "utiliser ainsi les dauphins les transforme – comme tous les autres dauphins de la zone – en cible pour les Iraniens, qui les détruiront s'ils le peuvent".

L'an dernier, rappelle le Guardian, l'organisation radicale de défense des animauxPeople for the Ethical Treatment of Animals, trois experts internationaux des orques et deux anciens entraîneurs d'orques ont demandé à une cour fédérale de San Diego de statuer sur le sort de cinq orques "employés" par le parc d'attractions SeaWorld.

Ils demandent à la cour d'assimiler le traitement de ces animaux à de l'esclavage, qui est interdit par le 13e amendement de la Constitution américaine. Les juges n'ont pas encore siégé, mais selon le quotidien britannique, une accusation similaire pourrait être portée contre l'armée américaine et son escouade antimines.

 

Source: Le Monde

10:27 Écrit par Junior dans le monde animal., U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |