06/12/2011

Le mouvement des anti-Wall Street s’amplifie: cap vers le Congrès

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.jpg

Avec le slogan "Reprenons le Capitole", des milliers d'Américains devaient converger mardi vers Washington pour trois jours de manifestations contre les inégalités sociales et pour l'emploi, au "nom des 99%" et aux côtés des anti-Wall Street. 

"Il s'agit de parler des 99% et pas des 1%", a indiqué à l'AFP Renée Asher, une porte-parole du syndicat du service public SEIU, reprenant ainsi le slogan scandé depuis plus de deux mois par les manifestants anticapitalistes pour opposer la masse de la population aux 1% les plus riches. 

"Reprenons le Capitole" regroupe sous l'égide du mouvement de chômeurs American Dream Movement des dizaines d'organisations, associations ou syndicats, nationaux ou locaux, comme US Action, le syndicat de la fonction publique SEIU ou la centrale AFL-CIO. 

Il associe également des centaines de manifestants anticapitalistes des divers mouvements d'occupations, venus des plus grandes villes américaines où ils avaient monté en octobre des campements, aujourd'hui souvent démantelés. 

Trois jours de manifestations diverses sont prévus, mardi au Capitole, siège du Congrès américain, mercredi dans le quartier d'affaires autour de K Street, au cœur de la capitale américaine, jeudi à nouveau devant le Capitole pour faire pression sur les élus. 

"L'inégalité n'a jamais été aussi forte dans ce pays. Nous voulons que le Congrès représente les 99%, pas les 1%, nous voulons qu'il passe des lois au nom des 99%", a ajouté la syndicaliste, qui attend l'arrivée de quelque 3.000 personnes d'endroits divers comme la Floride, la Californie ou le Minnesota. 

Une quinzaine de tentes blanches - le "Camp du Peuple" - ont été déployées lundi sur l'immense esplanade du Mall, dominé par la coupole du Congrès et à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche. 

Ici, une "tente de la liberté", là une "tente de l'égalité", plus loin un faux guichet en carton de Bank of America voisinant avec des caricatures de grands patrons. 

La grande confédération syndicale américaine AFL-CIO est également présente mais organise en même temps des dizaines de manifestations au cours des prochains jours dans le pays, a indiqué à l'AFP Jeff Hauser, un de ses porte-parole. 

"Nous ne nous engageons pas pour une semaine, mais chaque jour", a-t-il dit. "Nous allons continuer à nous battre pas seulement à Washington mais partout aux Etats-Unis pour être sûrs que les hommes politiques comprennent qu'ils doivent agir, pour les chômeurs". 

Pour Occupy DC, l'un des derniers gros campements anti-Wall Street à être toujours en place au cœur de la capitale américaine, plus de deux mois après le début du mouvement, "les syndicats sont une parfaite représentation des 99%", a estimé Kelly Canavan, qui s'occupe de la tente "Information" du campement. 

"Nous parlons des travailleurs, de ceux qui luttent pour faire vivre leurs familles, et les syndicats s'associent à notre combat contre les grandes sociétés", a-t-elle ajouté. 

A Washington, pour la première fois à si grande échelle, 31 personnes ont été interpellées dimanche soir après avoir refusé de démanteler une construction en bois "illégale" selon les autorités. La construction a été emportée par la police, qui a néanmoins laissé le campement en place. 

"Le mouvement en est sorti revigoré", a assuré Kelly Canavan, "plus convaincu que jamais". Avant d'ajouter que les protestataires "resteront là indéfiniment, jusqu'à ce que le travail (de changement) soit fait". 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=40326&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1
 
source : alter-info

20:38 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/12/2011

L’ADMINISTRATION US MET EN PLACE UN SITE ANTI-MOUVEMENT POUR LA VÉRITÉ

 

70675265_p.jpg

 

La propagande des Etats ne connait plus « guerre » de limites, et c’est dans ce contexte désormais assumé que l’Administration US (formée des élites néo-mondialistes et des services secrets atlantistes principalement) vient de mettre en place un site visant à discréditer le Mouvement pour la Vérité.

Dans un site internet dédié, on y voit les principaux dossiers brûlants soulevés par le Mouvement pour la Vérité discrédités, mélangés avec des sujets secondaires et peu sérieux, et tournés en dérision par le Département d’Etat US…

C’est d’ailleurs avec les mêmes arguments que les médias alignés, les groupuscules infiltrés et les idiots utiles reprennent à leurs compte la propagande des élites étas-uniennes, comme on peut le lire par exemple dans la presse officielle, mais aussi sur des site anti-conspis ou sur des « observatoires » anti-conspirationnistes…

Tous ces sites « anti-conspis » s’alimentent en propagande auprès des Etats-Unis, et beaucoup de ces sites, quand ils ne revendiquent pas ouvertement leur allégeance aux élites atlantistes, sont soit hébergés et administrés depuis les Etats-Unis, soit dirigés par des Young Leaders (pro-USA), soit fricotent avec les think tanks atlantistes.

Désormais, lorsque vous verrez des sites anti-conspirationnistes et des idiots utiles traiter le Mouvement pour la Vérité de « Théoriciens du Complot », pensez à leur rappeler la source de leur propagande bien rodée et à poster le lien internet qui s’impose :http://www.america.gov/conspiracy_theories.html

Au moins en donnant précisément les liens et les sources d’inspiration de l’idéologie anti-conspi qui tend à se développer dans les
 médias alignés et sur le net, les choses auront le mérite d’être claires !

 

Source : rusty james news

22:16 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Novembre 1963 : L’assassinat de JFK


Jfk L’assassinat. par Hybride54

http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-assassinat-de-JFK...

22:09 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

02/12/2011

29 questions révisionnistes dans…le Wall Street Journal !

Les Américains n’ont pas de loi antirévisionniste mais, dans les faits, leur Premier Amendement ne leur permet toutefois pas de publier ce que vient de publier sur son site le “Wall Street Journal” (le WSJ ! Pas moins !).

L’Américain Bradley Smith, toujours dans son “Smith’s Report” de décembre 2011, nous apporte cette nouvelle extraordinaire :

Le 10 novembre 2011 paraissait sur le site du “Wall Street Journal” un article signé Anne Jolis et intitulé “A French Lesson in Free Speech” (une leçon française de liberté d’expression). Jusque-là rien d’étonnant. Mais il se trouve que le révisionniste américain Michael Santomauro, sans trop d’illusions, s’est hasardé à envoyer un “commentaire” en 29 points et que ce commentaire… été publié intégralement le 11 novembre et est toujours en ligne à l’heure qu’il est !

 

Lire la suite de l’article : penserrendlibre.wordpress.com

09:23 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Le vrai (et invraisemblable) coût du sauvetage des banques américaines

La banque centrale américaine a confié 7,77 trillions de dollars aux banques pour sauver le système financier.


Elles ont réalisé plus de 13 milliards de dollars de profit grâce à des « prêts d’urgence » accordés par la Réserve fédérale américaine, et jusque là tenus secrets.

000000a.PNG

C’est un énorme pavé lâché dans la mare. Dimanche 27 novembre, le site d’actualité Bloomberg a révélé que les banques américaines sauvées par la Réserve fédérale (Fed) ont réalisé plus de 13 milliards de dollars de profit grâce à la politique d’abaissement des taux directeurs pratiquée par la banque centrale américaine à partir d’août 2007. C’est ce que révèle un document de plus de 29 000 pages de données, jusqu’alors restées confidentielles, publié par la Fed.

On y apprend que le « plan de sauvetage« , mis en place par la Fed, avait notamment pour objectif de distribuer une grande quantité de « prêts d’urgence » afin d’aider les banques à reconstituer leurs stocks de capitaux. Jusqu’à présent, la Fed n’a indiqué à personne quelles étaient les banques en difficulté qui ont eu besoin, en tout, de 1,2 trillion de dollars au 5 décembre 2008. De leur côté, les banquiers se sont bien gardés d’évoquer qu’ils avaient englouti des dizaines de milliards de dollars en prêts d’urgence, alors qu’ils tentaient de rassurer les investisseurs, en les assurant de la bonne santé de leurs entreprises.

 A titre d’exemple, le 26 novembre 2008, le directeur exécutif de la Bank of America, Kenneth D. Lewis, a écrit un courrier à ses actionnaires, leur assurant qu’il dirigeait   »l’une des banques les plus solides du monde . » Il oubliait juste de préciser que sa banque venait de recevoir 86 milliards de dollars de la banque centrale.

Toute l’histoire aurait dû rester secrète. L’importance des prêts accordés aux banques a été mise à jour à l’issue d’un procès gagné par le groupe financier Bloomberg LP contre la Fed et l’association Clearing House (LLC). L’enjeu de ce procès était justement de forcer la Fed à faire éclater au grand jour les détails de ce plan.

En mars 2009, la banque centrale a confié 7,77 trillions de dollars aux banques pour sauver le système financier. C’est plus de la moitié de la valeur de ce les États-Unis ont produit cette année. Les six plus grosses banques américaines (JP Morgan, Bank of America, Citigroup, WFC, Goldman Sachs et Morgan Stanley) ont donc reçu pas moins de 460 milliards de dollars de la Réserve fédérale, en plus des 160 milliards prévus par le plan Paulson. 

Pour William B. English, directeur du département des affaires monétaires de la Fed, ces prêts n’ont pas bénéficié aux seules banques : ils ont surtout permis d’éviter un effet dominos qui aurait conduit à l’explosion économique du pays. « Soutenir la stabilité des marchés financiers pendant les périodes de tensions extrêmes est une fonction essentielle des banques centrales. Ces prêts ont permis d’empêcher un effondrement du système financier et de maintenir l’afflux du crédit pour les familles et les entreprises américaines« , justifie-t-il.

Une raison qui peut être entendue. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir rendu rapidement publiques ces opérations ? C’est ce que font valoir de nombreux hommes politiques américains. « La Fed doit pouvoir être indépendante quand elle mène une politique monétaire hautement technique, mais quand elle met en jeu les ressources des contribuables, nous avons besoin de transparence et de responsabilité« , déclare Richard Shelby, sénateur de l’État d’Alabama.

Atlantico

09:11 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/11/2011

DSK: le complot politique refait surface

media_xl_4489819.jpgUne enquête journalistique à paraître ce week-end aux Etats-Unis pointe des zones d'ombres sur l'affaire du Sofitel impliquant Dominique Strauss-Kahn, amenant un de ses avocats à évoquer une possible "entreprise délibérée visant à le détruire politiquement".

 

"DSK" a été accusé de crimes sexuels par Nafissatou Diallo mais des doutes sur la crédibilité de cette femme de chambre du Sofitel de Manhattan ont amené les procureurs de New York à abandonner en août toutes les poursuites pénales contre l'ancien patron du Fonds monétaire international.

 

Dans une enquête de trois pages à paraître dans le magazine New York Review of Books, le journaliste Edward Jay Epstein révèle de nouveaux détails sur ce qui s'est passé le 14 mai au Sofitel.

 

Téléphone piraté?

Le journaliste avance notamment que le téléphone BlackBerry de Dominique Strauss-Kahn aurait pu avoir été piraté. D'après "plusieurs sources proches de DSK", une "amie" travaillant à l'UMP aurait annoncé le matin même du 14 mai à l'ancien ministre qu'un courriel qu'il avait envoyé à son épouse Anne Sinclair avait été lu dans les bureaux du parti du président Nicolas Sarkozy.

 

Le journaliste assure que ce fameux téléphone n'a toujours pas été retrouvé que ce soit "par la police ou les détectives privés" embauchés par les avocats de DSK et qu'il n'a apparemment jamais quitté le Sofitel.

 

Autre point dans cette enquête: Brian Yearwood, chef des services techniques du Sofitel, a été filmé par une caméra de surveillance en train de se réjouir bruyamment, juste après avoir écouté le récit de Nafissatou Diallo. (belga)

 

Source: 7s7.be

 

10:43 Écrit par Junior dans France, U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/11/2011

Goldman Sachs dirige les USA (vidéo)

Goldman Sachs dirige les USA

 

La vidéo que l'on vous présente a le mérite d'être simple: Goldman Sachs s'est emparée de la Maison Blanche, aujourd'hui elle s'empare de l'Europe. A part cela, tout va bien. Profitez, la fin est proche !

Un jour, il faudra tous les abattre...

 

 

14:27 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/11/2011

Occupy Wall Street : le capitaine à la retraite Raymond Lewis arrêté

17 novembre 2011

Alors que la police new-yorkaise (NYPD) arrêtait le capitaine Raymond Lewis qui manifestait au sein du mouvement Occupy Wall Street, la foule s’est mise à huer les forces de l’ordre. La manifestation qui a commencé pacifiquement a encore tourné à la violence. Les correspondants sur place de Russia Today ont rapporté que la police avait commencé à arrêter brutalement les gens à Manhattan. La productrice de Russia Today Lucy Kafanov, qui est sur place à New York, a rapporté des heurts entre la police et les manifestants.

Traduction de la pancarte sur la photo d’illustration : "NYPD, ne soyez pas les mercenaires de Wall Street".

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Occupy-Wall-Street-...

11:05 Écrit par Junior dans Les indignés, U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

USA: le républicain Romney irait en Israël pour son 1er voyage de président

 

romney.jpgMitt Romney, l'un des favoris à l'investiture républicaine pour la présidentielle, a promis mardi lors d'un débat avec ses rivaux qu'il se rendrait en Israël pour son premier voyage en tant que président s'il était élu à la Maison Blanche en 2012. 

Les huit candidats à l'investiture républicaine débattaient mardi soir, à Washington, de la sécurité nationale des Etats-Unis. 

"Si je suis président des Etats-Unis, mon premier voyage à l'étranger ce sera d'aller en Israël pour montrer au monde que nous sommes concernés par ce qui arrive dans ce pays et dans cette région", a déclaré M. Romney. 

Traditionnellement, les présidents américains nouvellement élus se rendent au Canada et au Mexique, pays limitrophes, lors de leur premier voyage à l'étranger. 

Les candidats s'exprimaient sur la politique à adopter face à la menace nucléaire que l'Iran est accusé de faire peser. Ils étaient plus précisément interrogés sur le soutien qu'ils apporteraient à Israël si leur allié s'attaquait à Téhéran. 

"Ce dont nous sommes en train de parler, c'est de l'incapacité du président (Barack) Obama à mener une politique forte. Et c'est la raison pour laquelle nous en arrivons à évoquer l'éventualité d'une intervention d'Israël pour arrêter le programme nucléaire iranien", a déclaré M. Romney. 

"Le bon comportement à adopter à propos d'Israël est de montrer que nous nous préoccupons d'Israël, qu'ils sont nos amis, que nous serons à leur côté", a souligné l'ancien gouverneur du Massachusetts. 

Herman Cain, l'ancien patron d'une chaîne de pizza, a quant à lui déclaré qu'il "soutiendrait Israël si la mission était claire et si on s'entendait sur ce qui constituerait une victoire". 

Le libertarien et parlementaire du Texas, Ron Paul, a déclaré qu'il "ne soutiendrait pas Israël" dans ce scénario. Selon lui Israël ne va pas s'attaquer à l'Iran mais "s'ils décidaient de bombarder quelque chose, ce serait leur affaire et ils auraient alors à en assumer les conséquences". 

De son côté, le gouverneur du Texas Rick Perry a estimé que la priorité était de sanctionner le banque centrale iranienne pour obliger Téhéran à abandonner son programme nucléaire. 

Des responsables israéliens ont agité ces dernières semaines la menace d'une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, alors que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a fait part de ses "sérieuses inquiétudes" quant à une "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien. 

Les dirigeants iraniens qui réfute la dimension militaire de leur programme nucléaire, ont affirmé que Téhéran répondrait "de toute sa force" à toute agression ou même simple menace militaire de la part des Etats-Unis et d'Israël. 

OLJ/Agences 

11:04 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Barack Obama interrompu en plein discours par des Indignés de Wall Street

Hier soir, dans une école du New Hampshire aux USA Barack Obama prononçait un discours sur la réforme des impôts quand il a été pris à partie par des membres du Mouvement Occupy Wall Street.

Ces Indignés qui ont campé durant plus de deux mois tout près de Wall Street à New York pour dénoncer les excès du monde de la finance n'ont pas hésité à interrompre le Président américain pour se faire entendre.

Dans un trac distribué aux journalistes quelques minutes après cet incident, ces manifestants ont rappelé que 4000 personnes pacifistes ont été arrêtées à New York lorsdu démantèlement de leur camp à New York la semaine dernière"alors que les banquiers continuent à détruire l'économie".

En s'adressant plus particulièrement à Barack Obama, il lui ont reproché son silence au sujet de l'expulsion dont ils s'estiment avoir été les victimes, silence qui selon eux  "envoie le massage que la brutalité policière est acceptable".

 

Source: Le Post

 

 


 

 

A lire aussi sur WikiStrike:

La marche d'Occupy Wall Street arrive à Washington 

11:01 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/11/2011

Intense moment de vérité sur les mass medias américains ….

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/11/22/intense-moment-de-...

19:23 Écrit par Junior dans U S A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |