22/02/2012

NDA piégé par un "faux Cantona" : Rire & Chansons censure le sketch !

Gérald Dahan piège Nicolas Dupont-Aignan en se faisant passer pour Eric Cantona. Malgré l’imitation un peu moyenne, NDA semble mordre à l’hameçon... et ce qui aurait pu s’avérer catastrophique pour lui (s’il avait lâché une bourde) le met, au contraire, tout à son avantage. L’homme semble sincère, et il lâche quelques méchantes vérités.

 

NDA, qui s’est radicalisé depuis 2007, où il avait choisi au second tour Sarko contre Ségo, dit tout le mal qu’il pense de Nicolas Sarkozy : "C’est une catastrophe ambulante". Il acquiesce lorsque Dahan le qualifie de "crapule". Il rassure ceux qui pouvaient encore en douter : jamais plus il n’appellera à voter pour Sarkozy. "Je serai jamais un rabatteur de Sarkozy, jamais. Je préfère mourir que ça."

 

Il dit sa franche préférence pour François Bayrou, qui "n’est pas acheté par tous les mecs du CAC40", et même pour François Hollande, "un type bien", mais complètement inutile. Il analyse les forces et les faiblesses de Bayrou : un homme "très solitaire, un peu vaniteux", qui utilise des gens et les lâche... mais qui n’est pas lié au fric, "un paysan au sens noble". NDA se montre assez favorable à Marine Le Pen, tout en affirmant sa vive aversion vis-à-vis du Front national.

 

Il accuse les instituts de sondages de tromper l’opinion publique : "Les sondages sont manipulés. Regarde la propriété des instituts de sondages et t’as tout compris..." Son constat général sur le monde est terrible : "Nous sommes à la veille d’une immense révolution. Ce monde est pourri jusqu’à la moëlle".

 

CENSURE : Un canular qui met la République en péril !

 

Le blog de Jean-Marc Morandini annonce que le sketch de Gérald Dahan est censuré par Rire & Chansons : "Gérald Dahan a piégé Nicolas Dupont-Aignan au téléphone. Selon nos informations exclusives, Rire et Chansons, chez qui il travaille, refuse de diffuser le sketch s’il ne pratique pas des coupes !" L’imitateur confirme la censure au Parisien :

Cette pépite téléphonique n’a pourtant jamais été diffusée sur les ondes. Le canular a tellement bien pris que Dupont-Aignan a balancé. Trop peut-être, pour la direction de la station. « On m’a dit que j’avais carte blanche et je me rends compte que ce n’est pas le cas.On m’a censuré ce canular et le directeur des programmes m’a annoncé qu’il ne serait pas diffusé sous prétexte que je mettais en péril la République », explique Gérald Dahan.

 

Du coup, l’imitateur, que rien n’arrête, décide de diffuser l’enregistrement, de son propre chef, sur plusieurs médias et réseaux sociaux. [...]

 

La station radio (Groupe NRJ) a justifié sa décision de ne pas diffuser le programme car « le contenu n’est pas conforme aux attentes de la station (...) et que le canular, qui n’est pas drôle, ne respecte pas la ligne éditoriale de la station », indique-t-elle via un communiqué.

 

On aurait donc dit à Gérald Dahan que son canular mettrait EN PÉRIL LA RÉPUBLIQUE ??? Qu’a donc dit NDA qui soit à ce point explosif ? Le Groupe NRJ aurait-il été gêné que Dupont-Aignan, un homme réputé être à droite, dise sa préférence pour Hollande par rapport à Sarkozy ? Ou qu’il accuse les sondages d’être manipulés ? Ou qu’il se dise sur écoute ? Ou est-ce le fait qu’il insinue que le chef de l’Etat est acheté par les patrons du CAC40 qui dérange ?

 

MAJ, 22/02/2012, 18h : Gérald Dahan est viré. Mercredi matin, il a été empêché par un vigile de pénétrer dans les locaux de la radio. "On m’a présenté un mail du directeur des programmes de NRJ (le groupe NRJ détient la radio Rires et Chansons, Ndlr), où il est en effet écrit que je suis interdit d’entrer dans les locaux "jusqu’à nouvel ordre"", déclare-t-il au JDD. Le Groupe NRJ voulait censurer le passage sur Nicolas Sarkozy : "Ils m’ont expliqué qu’il voulait bien le diffuser, mais en retirant le passage où Nicolas Dupont-Aignan tape sur Nicolas Sarkozy. Pourtant, il critique tout le monde, Bayrou, Hollande etc… mais on m’a fait comprendre que "crapule" était une insulte à l’égard du chef de l’Etat et que l’on ne pouvait pas laisser passer ça…"

 

Interrogé le 21 février par Europe 1, NDA n’a pas la certitude que la totalité de ses propos sur François Hollande ont été repris : "Je parlais de François Hollande à un moment. Mais ça n’a pas été remis dans la bande. Ce n’est pas tout à fait honnête. C’est pour ça que je veux vérifier que tout ce que j’ai dit a été repris. J’ai parlé des trois : Hollande, Sarkozy et Bayrou". Il assume par ailleurs tous ses propos.

 

En tout cas, si ce canular pouvait donner l’idée à NDA et Canto de collaborer ensemble, ce serait pas mal. On se souvient qu’à l’époque du Bankrun, NDA avait soutenu l’ancien footballeur face aux critiques virulentes de Christine Lagarde...

-----------------

Je conseille au passage cet article de NDA contre le MES, publié avant-hier sur son blog : "MES : le nouveau dictateur européen".

 

NDA a brandi, mardi à l’Assemblée nationale, un faux chèque de 140 milliards d’euros lors des questions au gouvernement sur le plan de sauvetage de la Grèce. Objectif : protester contre la ratification par l’Assemblée du Mécanisme européen de stabilité (MES). Il a écopé d’un rappel à l’ordre par le président de l’Assemblée Bernard Accoyer, qui lui vaudra une amende de 1400 euros !

----------------

Pour finir avec un sourire, cet extrait de l’interview de NDA au Gros Squat sur Radio Néo, le 15 février 2012. Où l’on apprend qu’il n’est pas du matin... et surtout qu’il s’évite dès le réveil le vif déplaisir d’écouter les journalistes à la radio : "j’écoute pas la radio, ça me gonfle profondément de les entendre dés le matin". Il n’est pas le seul que ça gonfle d’entendre les chiens de garde du système déblatérer en continu leur propagande...

 

 

18:20 Écrit par Junior dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Commentaires

merci !! :)

Écrit par : Interdit Bancaire | 28/01/2013

Répondre à ce commentaire

Vraiment trop drôle!

Écrit par : psychologue en ligne | 01/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.