11/02/2012

Les larmes de l’épuisement

Les principaux médias français trop occupés par le combat des chefs et leurs polémiques inutiles, en “oublient” les derniers évènements grecs, pourtant graves. Certes la campagne électorale où il est si peu question de l’Europe, de la dette, ne peut être dérangée maintenant que les programmes sont déjà ficelés. Et que l’on nous parle pas de “populisme” dès qu’il s’agit de l’intégrité des  peuples; c’est vulgaire pour certains ou tout juste bon pour Mélenchon et pour Le Pen. Une campagne électorale à la française doit juste se limiter aux polémiques futiles afin de ne pas aborder les vrais problèmes. Pourtant, si la Grèce court à grande vitesse à la catastrophe, un peu grâce à l’intraitable Allemagne, la France de Hollande ou de Sarkozy y entrera aussi de plein pied. Quelques chiffres effarants sur les nouvelles mesures imposées aux grecs qui n’en finissent pas d’éponger la dette; et qui devraient alerter les deux candidats préférés des médias s’ils veulent que l’Europe demeure encore debout en avril prochain:

  1. réduction de 20 à 25% des salaires, en commençant par le salaire minimum (actuellement de 761€ brut / mois, il serait donc autour de 470€ net / mois (pour les jeunes de moins de 25 ans, cela sera 10% de moins, soit autour de 400€ par mois) ) ; 
  2. réduction de 20% des retraites de plus de 1.000 euros par mois ;
  3. réductions de 20 à 30% dans les retraites complémentaires de plus de 150 euros par mois

14:20 Écrit par Junior dans l'Euro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.